Périls à Coron City, premier scénario pour SuperSix

Premier scénario de SuperSix le jeu de rôle de super héros présenté dans les grandes lignes

De l’importance du scénario

Pour en avoir discuter sur le groupe facebook Auteurs de jeux de rôle, les avis sont unanimes : dans un livre de jeu de rôle le scénario est important. Même s’il n’est pas toujours joué tel quel, il a le mérite de présenter une première aventure pour le jeu en question, le scénario est sensé être un parfait exemple de ce que le jeu permet de jouer avec quelques scènes qui permettent de balayer le potentiel du jeu

Le scénario de SuperSix en quelques lignes

Toujours en cours d’écriture, il s’agit d’un exercice difficile (très difficile même mais on l’espère, pas insurmontable) mais on peut déjà en dire ceci :

il se déroule à Coron City, le principal cadre de jeu pour SuperSix le jeu de rôle

  • scène d’introduction : les personnages joueurs sont attendus comme le messie par la population des favelas de Sufferento d’ou une séance de rencontre / dédicace sur la grande place. Cette scène est courte mais idéale pour faire un rapide tour de table (pratique courante en jdr, chaque joueur va présenter son personnage aux autres ainsi qu’au maître de jeu)
  • survient la menace : alors même que la rencontre super héros / habitants n’est pas finie, un séisme de très forte amplitude survient et manque de raser les habitations de fortune et de tuer les habitants. Première scène d’action, idéale pour appréhender les jets de dé , que ça soit pour résoudre une action physique (je soulève les débris pour sauver la personne)  ou sociale (je rassure les habitants, on va les protéger)
  • mini phase d’enquête : le seisme n’est pas naturel, il va falloir que les personnages joueurs le découvrent (plusieurs manières de le faire, permet de résoudre des actions mentales) et remontent jusqu’au coupable
  • mini combat : affrontement physique entre les personnages joueurs et le coupable protégé par quelques sbires , permet de voir comment résoudre les conflits
  • interrogatoire : le coupable n’est qu’un sous fifre (rebondissement) , les personnages vont devoir interroger le professeur qui a inventé la machine à séismes . Permet d’essayer un confit social
  • gros combat final : contre cette fois le vrai coupable pour l’arrêter et mettre fin à se menace

L’histoire est volontairement simple voir simpliste mais c’est propre au genre de super héros d’une part, d’autre part le but est vraiment d’essayer un petit peu, de l’enquête / interrogatoire à la baston, il reste à y intégrer les relations des personnages pour avoir un panel complet puis à écrire cette histoire de manière à la faire jouer par d’autres (la partie la plus difficile )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *