Les gardiens de la galaxie

les gardiens de la galaxie illustrationles gardiens de la galaxie, en plus d’être un très bon film est une parfaite inspiration pour SuperSix

En plus d’être un fil Marvel (donc de super héros) et de soap opéra de qualité (certains contacts sur Internet que je ne citerais pas l’ont même trouvé meilleur que Star wars, c’est pour dire), les gardiens de la galaxie est une parfait inspiration pour SuperSix : le jeu de rôle de super héros comme si vous en étiez un, et ce pour les raisons suivantes (attention article librement inspiré de l’article génial de monsieur pogo)

Un casting digne d’une partie de jeu de rôle et sa team de PJ

Si on s’attarde sur les personnages principaux, on remarque que c’est un groupe qui n’est pas éloigné des groupes de joueurs autour d’une table de jeux de rôle

Chaque personnage a ses propres faiblesses et points forts, sa personnalité et en cas d’action ils sont complémentaires (rocket fait les plans, StarLord baratine, Drax et la fille adoptive de Thanos bourrinent, l’une en finesse l’autre en mode barbare et Groot en plus d’un essor comique je m’appelle Groot est une espèce de protecteur de la bande).

L’ensemble des personnages sont liés entre eux, que ça soit dès le départ et prévu à l’avance (Groot travaille et est l’ami de Rocket) ou mis en place dans le scénario l’histoire (Drax rencontré en prison, StarLord a volé un objet qui est recherché également par Gamora dont le nom m’est revenu), bref tout ce petit monde est réuni par des liens fictionnels exactement comme un groupe de super héros joués par des joueurs à une table de SuperSix

Une situation initiale claire et porteuse de jeu

L’intrigue est volontairement simple dans les gardiens de la galaxie qui se veut être un pur divertissement.

La menace est très vite identifiée en la personne de Ronan l’accusateur et les joueurs protagonistes sont plus ou moins forcés de la combattre (car sinon destruction totale de la galaxie, rien que ça).

Du rythme , et encore du rythme

A aucun moment le spectateur ne s’ennuie, si les protagonistes étaient joués par des joueurs,  ces derniers n’auraient pas le temps de s’ennuyer non plus. Lorsque le rythme descend, une nouvelle péripétie suffit à relancer la partie le film. Comme par exemple le personnage de Drax qui donne un coup de fil au grand méchant car il veut lui botter les fesses et ce dernier se ramène avec toute son armée, un grand moment de jeu de rôle cinéma